Piscine privée : petit tour des consignes de sécurité

Piscine privée petit tour des consignes de sécurité

162608124188960.jpg

Aujourd’hui, les premiers chiffres de l’enquête NOYADES 2021 viennent d’être publiés : 128 noyades accidentelles, dont 41 avec décès, ont eu lieu pour la seule période du 1er au 13 juin 2021. Dont deux très jeunes enfants en seulement 48 heures. En 2018, l’enquête a révélé que 1649 noyades accidentelles avaient eu lieu au cours de l’été. Sur ce chiffre effrayant, 28% des victimes étaient âgées de moins de six ans. Pire encore, en 2018, 600 décès par noyade furent recensés chez les moins de 13 ans, contre 338 en 2015. Malheureusement les premiers résultats de l’enquête de 2021 semblent confirmer que la tendance ne sera pas à la baisse car du 1er juin au 05 juillet, 21% des noyades impliquaient de très jeunes enfants de moins de cinq ans (chiffres officiels Santé Publique France). C’est pour cela que je souhaite vous proposer ce billet concernant les consignes de sécurité.

Il n’y a pas que les piscines en sol, qui comptent...

Car non, malgré l’imaginaire collectif, une piscine privée n’est pas nécessairement un bassin creusé dans le sol et entouré de transats. Depuis quelques années, sont devenues extrêmement à la mode les piscines hors sol en bois et les bassins semi-enterrés. Mais n’oublions pas les petites piscines gonflables ainsi que, et vous allez sûrement voir de quoi je parle, la fameuse piscine coquillage en plastique destinée aux tout-petits.
Tous ces bassins sont un danger potentiel pour les enfants. Et tous doivent répondre à des règles de sécurité strictes qu’il ne faut en aucun cas négliger. Par exemple, selon le code de la construction et de l’habitation, toute piscine enterrée non close et privative à usage individuel doit être dotée d’au-moins un des quatre dispositifs de sécurité destinés à prévenir de tout risque de noyade :
• Une couverture,
• Une alarme,
• Des barrières,
• Ou encore un abri.
En clair, l’accès à la piscine ne doit pas être direct. Si c’est le cas, celle-ci doit donc être équipée d’une alarme immersive qui s’active dès lors qu’elle détecte un corps inerte dans l’eau. Ces dernières étant également soumises à une réglementation particulière, je vous invite à consulter le site du gouvernement concernant le sujet.

Petit tour des conseils les plus essentiels

Le premier conseil suggéré par les organismes de sécurité, basique et indispensable, est que tout enfant se baignant doit faire l’objet d’une surveillance continue par un adulte. Qu’importe les circonstances ou la durée, un enfant ne doit jamais être seul près d’un point d’eau. De plus cette surveillance doit se faire de manière rapprochée. En cas de danger, vous devez être en mesure de sortir l’enfant de l’eau dès les premières secondes. Lors de la baignade ou des jeux d’eau, veillez également à ce que la personne en charge de la surveillance dispose d’un téléphone portable et d’une perche.
Le tout-petit doit en outre être équipé de brassards normés CE / NF13138-1 ou d’une bouée adaptée à sa taille, son poids et son âge. Il existe également des maillots flotteurs. N’équipez jamais un jeune enfant avec un dispositif acheté sur un site asiatique aux prix extrêmement attractifs où fabriqué hors Union Européenne.
Lorsque la baignade prend fin, retirez tout objet susceptible d’attirer l’enfant à nouveau vers l’eau, notamment les jouets et baudruches. Une fois ces éléments éloignés du bassin, vous devez alors immédiatement remettre en place le dispositif de sécurité et d’accès. Dans l’idéal, faites vous aider d’une seconde personne qui rangera les jouets pendant que vous vous chargerez de sécuriser les lieux.

Je laisse à votre disposition ce petit guide très complet « Se baigner sans danger ». Édité par la DGCCRF en 2014.

Des gestes qui sauvent

162608124196273.jpg
Il y a également un conseil fondamental que je souhaite partager avec vous, c’est l’apprentissage des gestes qui sauvent. Je vous recommande donc très vivement de prendre contact avec la caserne de pompiers la plus proche de chez vous afin de vous inscrire aux prochaines sessions pour passer le brevet de secourisme. Lorsqu’une noyade à lieu, les premières secondes et gestes portés à la victime déterminent ses chances de survie mais jouent aussi un rôle capital dans la prévention des séquelles sur le cerveau qui aura manqué d’oxygène.
Je vous recommande également de ne pas tarder pour apprendre à votre enfant à nager. En effet, cet apprentissage peut se faire dès l’âge de six ans. Pour cela, il convient de vous rapprocher de maîtres-nageurs. Vous pouvez également inscrire votre petit bout à des activités de « bébés nageurs », souvent organisées dans les piscines municipales pour apprendre aux plus jeunes à découvrir les activités aquatiques.

Je vous souhaite un très bel été ! Restez vigilants !


← Retour

Si vous souhaitez publier un commentaire sans vous identifier, vous le pouvez en cliquant dans le champ "Nom" ci-dessous, puis en cochant la case "Je préfère publier en tant qu’invité". Seuls un nom d’utilisateur et une adresse email vous seront alors demandés.

Tous les commentaires sont soumis à la modération de l’équipe d’administration du site.