Jeune enfant : son premier voyage en avion

Jeune enfant son premier voyage en avion

162513155091935.jpg
Les restrictions sanitaires ayant été considérablement allégées depuis que la campagne de vaccination menée par le gouvernement s’est amplifiée, vous avez décidé d’offrir un break à votre petite famille et de partir en voyage cet été. En France ou en dehors de nos frontières, vous avez opté pour un trajet en avion. Mais les premières questions commencent à assaillir votre tranquillité : comment préparer votre petit bout à cette première expérience qu’est le voyage en avion ?

A partir de quel âge ?

La plupart des compagnies aériennes acceptent les nourrissons à bord de leurs vols à partir de sept jours après la naissance pour des voyages organisés dans l’urgence et sous la contrainte. Pour leur confort, cette solution est même parfois préférable et plus confortable pour eux qu’un long trajet en voiture. Cependant, il est vivement recommandé que l’enfant ait reçu ses premiers vaccins et c’est pour cette raison que l’âge idéal pour commencer à voyager en avion est d’environ 13 mois. Si votre enfant est né prématurément, il est impératif de prendre conseil auprès de son pédiatre avant toute décision.

S’organiser à l’avance

Le règlement diffère d’une compagnie à une autre concernant l’équipement prévu pour emmener et installer votre bambin dans l’appareil. Certaines considèrent la poussette comme un bagage à main, d’autres exigent qu’elle soit placée en soute sitôt votre enfant installé à bord. Dans l’absolu, je vous recommande de prendre contact avec la ligne aérienne qui assurera votre voyage et qui vous indiquera ses propres conditions concernant cette question. Pour ce qui est de l’installation de votre bébé, sachez que si vous avez réservé une place pour un enfant de moins de deux ans, vous avez tout à fait le droit de vous munir de votre propre siège auto afin d’optimiser son confort durant le vol. Ce dernier doit évidemment être homologué et ses dimensions doivent être au maximum de 42x57cm. Encore une fois, n’hésitez pas à les contacter car certaines compagnies proposent des places spécifiques, des lits ou même des hamacs pour les vols longs courriers. N’oubliez pas de rappeler au responsable d’embarquement que vous voyagez en compagnie d’un jeune enfant.
Je précise également qu’avant l’âge de deux ans vous pouvez voyager avec votre petit bout de chou sur les genoux, mais le confort risque d’être extrêmement limité pour tous les deux.

Faire face au changement de pression

162513154518400.jpg
Les enfants comme les adultes sentiront le changement de pression lors du décollage et de l’atterrissage. Mais contrairement à nous, ces derniers étant encore en pleine croissance, ils peuvent davantage souffrir de maux d’oreilles, similaires à la douleur éprouvée lors d’une otite moyenne. A plus forte raison si ils sont sujets à ce type d’inflammations à répétition, sont porteurs de yoyos ou souffrant de troubles des parois nasales régulièrement.
Mais alors que faire ? Si votre enfant est encore un bébé, c’est le moment pour lui donner le sein, un biberon ou encore une tétine. L’effet de succion aura un effet positif sur la pression exercée sur ses oreilles. Si ce dernier est trop grand pour cette solution, faites-lui boire de l’eau avec une paille ou demandez-lui de faire des bulles dans un verre, toujours muni d’une paille. Ce petit jeu à en général un effet d’apaisement sur les maux d’oreilles. Vous pouvez aussi lui demander de se forcer à bailler (et en faire de même avec lui ; après tout cela vous aidera aussi) ou encore de se boucher le nez tout en expirant doucement tout en gardant la bouche fermée.
Avant de partir pour l’aéroport, il est tout de même recommandé de procéder à un nettoyage des sinus avec une solution saline. Et dans le cas ou votre bébé semble souffrir de ballonnements au cours du vol, toujours en lien avec la pression atmosphérique, les médecins recommandent de masser doucement son ventre afin de l’aider à expulser les gaz qui pourraient le gêner.

Et côté stress ?

On ne va pas se mentir, si nous, adultes, pouvons souffrir de stress et d’angoisse avant de monter en avion, il faut avoir l’honnêteté de comprendre que pour un enfant, à plus forte raison lors d’un premier voyage, ça n’est pas de tout repos.
Comme pour toute situation inédite, pas de secret : l’amusement. Prévoyez un nouveau jeu/jouet (si possible silencieux pour veiller à la tranquillité des autres passagers). Occupez-le ! Ne lui montrez pas votre inquiétude. C’est comme lorsque votre enfant fait une petite chute en jouant, c’est en vous voyant et en vous entendant exprimer une angoisse qu’il va pleurer. Toute sa confiance est placée en vous, vous êtes son repère. Et si vous êtes dans une posture sereine, cette dernière sera bénéfique auprès de lui.
Si votre enfant est plus âgé, alors là ce sera bien plus facile et intéressant. A vous l’univers de la curiosité, des histoires que vous pourriez inventer ensemble autour d’une épopée incroyable au milieu des nuages.
Enfin, si votre chérubin souffre de troubles émotionnels, rencontre certaines barrières psychologiques, il est plus qu’impératif de vous rapprocher de son pédopsychiatre afin de voir avec lui les meilleures clés pour que tout se déroule pour le mieux. Il est également fortement recommandé de ne pas stopper tout traitement, même en cours de vol.
En espérant que ce premier voyage se déroule pour le mieux, n’hésitez pas à venir nous le raconter en commentaire ou sur nos réseaux sociaux.
Bonnes vacances !


← Retour

Si vous souhaitez publier un commentaire sans vous identifier, vous le pouvez en cliquant dans le champ "Nom" ci-dessous, puis en cochant la case "Je préfère publier en tant qu’invité". Seuls un nom d’utilisateur et une adresse email vous seront alors demandés.

Tous les commentaires sont soumis à la modération de l’équipe d’administration du site.