La tétine : apprendre à y renoncer

La tétine apprendre à y renoncer

163056984066873.jpg

Un jour, alors que j’étais plongée dans quelques souvenirs d’enfance, une scène m’est revenue à l’esprit : une camarade de classe qui badigeonnait son pouce d’une pâte à l’odeur nauséabonde. Curieuse de nature, je lui ai donc demandé ce que c’était ? « Oh ça – Me dit-elle – Ce sont mes parents qui veulent que je le fasse pour que je ne suce plus mon pouce. C’est pas très bon alors du coup ça m’aide à arrêter ». Presque trente ans plus tard je vous rassure, ça me choque toujours autant. C’est pourquoi je me suis mise en quête de vous présenter quelques solutions pour aider votre tout petit à se sevrer en douceur de la tétine (ou du pouce). Sans pour autant porter atteinte à ses papilles gustatives... et à sa confiance envers vous.
Allons-y !

A quel âge ?

Concernant cette question, personne n’aura su se mettre d’accord. Les parents, les professionnels de santé, les professionnels de la petite enfance... Chacun y va de sa théorie. Aussi je vais essayer de vous fournir les informations les plus pertinentes possibles. Bien entendu, il ne s’agira absolument pas d’une vérité absolue.
La majorité des avis pencherait sur un arrêt de la succion entre deux et quatre ans. C’est encore une fourchette très large, mais en creusant davantage je pense que nous allons pouvoir nous rapprocher d’un peu plus près de la bonne période. Pourquoi tout le monde semble d'accord sur un sevrage avant l'âge de quatre ans ? Parce que les dents définitives commencent à se former et se préparent à remplacer les dents de lait. En général cela se produit à partir de l’âge de six ans. De ce fait, une succion quotidienne peu préparer défavorablement le terrain pour l’apparition définitive de la dentition de votre enfant et provoquer une malposition de cette dernière. Malposition qui sera permanente à moins de recourir à un traitement orthodontique.

Choisir la meilleure méthode...

163056983364737.jpg
J’ai donc pioché parmi les différentes « écoles » afin de vous proposer un panel de suggestions vous permettant de trouver la solution la mieux adaptée à votre cas. Tout d’abord, il vous est recommandé d’identifier la profondeur de l’attachement de votre enfant à sa sacro-saint tétine. L’intensité et la fréquence de son utilisation. Si elle est indispensable pour dormir, si le fait qu’elle s’échappe de sa bouche provoque systématiquement un drame épouvantable...
Une fois cette première étape franchie, l’idéal dans un premier temps serait donc d’aider votre petit bout à se passer de cet accessoire lorsque le calme et la détente sont de mise. Pendant qu’il joue, durant un câlin... Bref pendant que toute son attention est retenue par une activité. En d’autres termes, tâchez de limiter son usage durant les phases de sommeil. La plupart des pédiatres tombent malgré tout d’accord sur le fait que cette première étape devrait se situer idéalement aux alentours du quinzième mois. En effet, c’est à partir de cette période que l’enfant commence à développer des signes de dépendance affective. Qu’elle soit envers une personne ou un objet, comme une tétine, par exemple. Il faut donc minimiser l'attachement envers cet accessoire.
Si ce retrait semble éprouver votre enfant émotionnellement, vous pouvez lui apporter un autre objet de réconfort comme un doudou, une chanson... ou même vos bras. Le but n’est pas de le sevrer d’un sentiment de réconfort, le but est de limiter les dégâts sur le développement de sa dentition ainsi que de potentiels troubles de l’élocution.

Pour accompagner votre tout petit, n’hésitez pas à lui faire vivre cet apprentissage comme une grande aventure en lui lisant une histoire portant sur le sujet comme Corentin, le petit lapin qui apprend à vivre sans sa tétine ou Béa se sépare de sa tétine : le livre qui donne vraiment envie aux enfants de se séparer de leur tétine !

Il ne faut pas non plus faire preuve de langue de bois et ne pas hésiter à parler avec votre enfant de l’importance de faire attention à ses dents.

Et celles qu’on va soigneusement éviter !

S’il y a bien une chose à ne pas faire, c’est de retirer la tétine avec fermeté, « C’est comme ça et puis c’est tout ». Un enfant n’est pas bête, il a besoin de communication, d’explications. Retirer la tétine comme un objet de honte ne ferait que provoquer un lui un sentiment de malaise et d’inconfort.
Souvenez-vous également de ma pauvre camarade de classe, qui subissait l’amère expérience du pouce badigeonné d’une substance répugnante pour provoquer à terme un dégoût. Avouez que côté finesse et psychologie, ça ne vole pas très haut non plus et que c’est humiliant. Et je ne parle pas des dommages que cela peut causer sur la confiance et l’estime de votre enfant envers vous, et les adultes en général.
Également, si des Marie-Chantal Jesaistout vous affirment que percer le bout de la tétine ou la détériorer c’est « super efficace », passez votre chemin. Cela pourrait juste provoquer un risque d’étouffement à l'encontre de votre enfant. On évitera aussi toute mise en concurrence avec le petit voisin ou la grande sœur : à chaque enfant son rythme. Inutile également de cacher ou jeter l’objet du délit afin de faire croire à votre enfant que cette dernière a disparu pour toujours. Premièrement, un enfant n’est pas idiot. Deuxièmement, le mensonge n’est pas un principe d’éducation sain, puisque vous attendez de votre fratrie une constante franchise envers vous. Et le respect, ça marche dans les deux sens.

Je vais me répéter, mais une attitude négative n’apporte que de la négativité. Vous êtes la personne en qui votre tout petit place toute sa confiance, biaiser cette confiance par des actions brusques ou humiliantes n’apportera jamais rien de bon.

En définitive cela ne va pas se faire en quelques jours. Il n’y a pas de moyenne, ni de réelle urgence. Ne stressez pas votre bambin pour cela, faites-en un jeu. Une aventure vers le monde des grands. Mais n’oubliez jamais, qu’importe ce que vous souhaitez inculquer à votre enfant, respectez-le.


← Retour

Si vous souhaitez publier un commentaire sans vous identifier, vous le pouvez en cliquant dans le champ "Nom" ci-dessous, puis en cochant la case "Je préfère publier en tant qu’invité". Seuls un nom d’utilisateur et une adresse email vous seront alors demandés.

Tous les commentaires sont soumis à la modération de l’équipe d’administration du site.