École à la maison : parlons-en !

École à la maison parlons-en !

160976110646990.jpg

Outre des motifs philosophiques et religieux, qui seront mieux encadrés par la prochaine loi sur le séparatisme, il existe de multiples raisons pour scolariser ses enfants à domicile, comme par exemple pour les familles de globe-trotters. Sans forcément passer par le CNED (seules un tiers des familles concernées ont recours à l’école à la maison par cet organisme), près de 62.000 enfants français étudient de cette façon.
Si l’école est le meilleur endroit pour apprendre à un enfant à se sociabiliser, son accès est parfois compliqué, voire impossible pour des raisons de santé. De ce fait, vous êtes peut-être actuellement en pleine réflexion pour scolariser votre enfant à domicile. Le premier confinement ayant été une expérience riche et concluante en la matière, vous semblez prêts à sauter le pas.
Bien entendu, comme toute décision importante dans une vie, surtout concernant l’éducation de votre fratrie, vous tentez de peser le pour et le contre. Nous allons donc tenter de vous aider à y voir plus clair.

Ce que dit la loi

La loi française impose l’instruction à tous les enfants vivant sur son territoire dès l’âge de trois ans, et ce jusqu’à 16 ans. Prochainement, la loi sur le séparatisme imposera un encadrement plus strict sur l’enseignement à domicile, qui sera réservé majoritairement aux enfants souffrants de problèmes médicaux. Malgré un assouplissement du projet face à un risque d’inconstitutionnalité, il faudra s’attendre tout de même à plus de difficultés pour choisir ce mode d’éducation s’il n’intervient pas dans le cadre de la santé de votre enfant.

Les familles ont alors le choix d’inscrire leur enfant au Centre National d’Enseignement à Distance en inscription libre ou alors dans un organisme d’enseignement à distance privé. Un inspecteur d’académie peut intervenir pour donner un avis favorable lors d’une inscription au CNED. Ce dernier assure alors à l’enfant un enseignement complet selon le programme en vigueur, un suivi pédagogique avec des relevés de notes et avis de passage reconnus par l’état et qui s’imposent aux établissement publics ou privés sous contrat.
En revanche, une enquête du maire de votre lieu de résidence est obligatoire dans tous les cas.
Plus d’informations ici.

Avantages / Inconvénients

160976110626696.jpg
L’école à la maison (ou le homeschooling) représente un avantage certain dans le respect de l’horloge biologique de l’enfant. Pas de réveil à des heures trop tôt, pas de pression le matin pour se préparer, on fait les choses en douceur. C’est ce que souligne avec justesse Marjorie, maman-prof de Jeanne et Juliette. De plus et toujours selon elle, l’école à domicile permet aux enfants d’accroître leurs capacités d’apprentissage en ayant plus de temps à leur consacrer comparativement à une enseignante seule pour 30 enfants. L’argument se tient. Et pourtant les raisonnements en défaveur du « homeschooling » se valent également.
Si la maman de Jeanne et Juliette, respectivement en CP et moyenne section de maternelle, assure qu’en dehors du confinement et de la pandémie ses fillettes ont une plage horaire quotidienne de jeux en extérieur et avec d’autres enfants suivant le même mode de scolarité, Laurence Guillard, elle, ne voit pas les choses de la même façon. Cette enseignante et secrétaire départementale du SNUIpp, le Syndicat National Unitaire des Instituteurs, Professeurs des Écoles et PEGSC du Calvados assure au contraire que l’école est un besoin fondamental pour l’apprentissage de l’enfant en tant qu’individu.

Selon elle, les courtes plages de sociabilisation des enfants scolarisés à la maison n’apportent qu’une partie ludique des échanges nécessaires à leur développement social. En effet, l’école et ses longues journées parmi des dizaines d’autres enfants du même âge permettent à nos plus jeunes d’apprendre à exprimer leurs opinions, leurs désaccords, débattre et intégrer la mixité sociale dont les élèves en communautés restreintes ne pourraient pas forcément bénéficier. De plus, elle ajoute qu’enseigner induit également d’effectuer une formation régulière afin de d’acquérir les compétences nécessaires à certaines pédagogies.

Enfin, selon Brigitte Prot, psychopédagogue, enseignante, formatrice et autrice de « J’suis pas motivé, je fais pas exprès ! » :
« Faire le choix de l’école à la maison est un extrême risque, surtout dans notre société dite liquide, où les relations se délitent. L’école, même avec ses défauts, est un lieu d’ancrage inestimable ».

En définitive, à chaque famille sa solution tant qu’elle est prise dans l’optique d’améliorer le confort de vie et d’apprentissage de l’enfant.

Et vous, qu’en pensez-vous ?


← Retour

Si vous souhaitez publier un commentaire sans vous identifier, vous le pouvez en cliquant dans le champ "Nom" ci-dessous, puis en cochant la case "Je préfère publier en tant qu’invité". Seuls un nom d’utilisateur et une adresse email vous seront alors demandés.

Tous les commentaires sont soumis à la modération de l’équipe d’administration du site.