Familles monoparentales : bien aborder les fêtes des mères et des pères

Familles monoparentales bien aborder les fêtes des mères et des pères

159129762054567.jpg

En France, un enfant sur cinq vit et grandit au sein d’une famille monoparentale. Ce triste constat oblige de nombreuses structures éducatives à réinventer les fêtes dédiées à la parentalité. Séparation, divorce, parent qui fuit ses responsabilités pour diverses raisons, décès brutal... nombreuses sont les raisons qui expliquent cette situation pour une grande partie des familles de France.
Cette situation, peut-être nouvelle pour vous cette année, implique de nombreuses facettes dont il vous faudra maîtriser chaque code afin de préserver le bien-être de votre enfant pour tâcher de l’accompagner en cette période délicate.

Une famille monoparentale, c’est avant tout une affaire de couple.

159129813965900.jpg
La majorité des mamans et des papas solos en France le deviennent par le fait d’une rupture de relation amoureuse (et moins de 1% des familles monoparentales le deviennent par le fait du veuvage). Si le parent ayant la charge des enfants va devoir apprendre à réorganiser leur quotidien autour de cette séparation, il lui faudra impérativement canaliser ses propres émotions.
En effet, de très nombreux enfants issus de familles déchirées souffrent d’un conflit de loyauté. C’est-à-dire du fait de devoir se sentir obligés de montrer au parent qui en à la garde principale qu’ils l’aiment « plus fort » que l’autre, moins présent. Le parent pouvant alors inconsciemment encourager sa petite tribu en ce sens de par sa rancœur face à son ex conjoint(e). Et bien que la justice tente de nos jours de partager plus équitablement les Droits de Visite et d’Hébergement, cela reste un fait d’actualité, les pères de famille sont ceux qui sont le plus souvent relégués à un droit de garde plus irrégulier. Poussant parfois certains d’entre eux à se décourager et abandonner complètement tout acte de présence auprès de leurs enfants, premières victimes de ces désaccords parentaux et de conflit de loyauté face à cette démission paternelle (ou maternelle, je le rappelle).

Mais alors, comment faire pour tracer au mieux la nuance entre ex-couple et duo parental ?
« Tout simplement en abordant sans attendre un travail de fond sur soi », me répond Fernande B., thérapeute de couples.
« L’idéal serait d’avoir immédiatement recours à un travail d’approche thérapeutique, mais si cela n’est pas à la portée immédiate des deux ex-conjoints, il ne faut pas hésiter à épancher ses émotions les plus épuisantes auprès de proches, de parents ou d’amis. Le meilleur chemin reste de parler de sa colère, mais de ne pas la vomir ».
La thérapeute poursuit en m’indiquant plusieurs façons de gérer colère, chagrin et frustration loin du cocon familial : en pratiquant une activité sportive, dans l’écriture d’un journal, d’une lettre que l’on n’enverra jamais... Le but étant de ne pas exprimer toutes ces choses en présence de ses enfants qui se sentiront en devoir de vous protéger, quitte à être injustement en colère contre l’autre parent, et ce qu’importe leur âge. « L’idée n’est pas de diviniser l’autre, mais encore moins de le salir », m’indique-t-elle.
Elle reprend : « La priorité absolue, tant aux des yeux des enfants que pour le couple séparé, est de bien faire la différence entre : le père du mari et la mère de l’épouse afin de protéger le schéma familial ».

Quelle approche pédagogique pour les professionnels ?

Que ce soit en structure d’accueil, à l’école ou bien chez la nounou, l’important est de continuer à célébrer la fête des mères et pères comme un jour synonyme d’amour.
Il n’y a aucune obligation pour que l’enfant réalise un cadeau (le fameux collier de pâtes) destiné à l’un des deux parents. Premièrement parce que cela relèverait de l’incohérence, voire de l’humiliation, si un professionnel de l’éducation faisait concevoir un présent à offrir à un enfant dont la maman n’est plus là au même titre que ses petits camarades ayant toujours la leur auprès d’eux.
De plus en plus d’enseignants ont alors pris le parti de créer des ateliers « pour ceux qu’on aime ». D’autres, plus radicaux, ont complètement supprimé toute activité et célébration autour de ces fêtes, me confie Aurélie M. : « Nous avons été surpris par ce choix mais à présent c’est ancré en nous. Cette décision est survenue après le décès de 4 parents issus de différentes familles sur une même année. Nous l’avons tout de même bien pris et surtout, les enfants aussi ». De son côté, Lucile C. m’indique que Paul, son beau-fils, est aidé par sa maîtresse de moyenne section à l’école maternelle à confectionner un cadeau pour une personne « qu’il aime très fort », sa maman étant malheureusement décédée.
Certains créent des petits trésors à déposer sur la sépulture du parent disparu. D’autres réalisent des objets décoratifs pour la maison, afin de rendre hommage à l’esprit de famille.

Les écoles et les professionnels se réinventent de plus en plus dans le but d’accompagner chaque enfant dans sa situation. Chaque petit camarade étant sensibilisé à la situation de chacun, un esprit de solidarité se développe entre eux.

En définitive...

Si les enfants sont le fruit d’unions fortes, ils ne doivent pas subir les aléas de la vie des adultes qui les entourent. Si nos choix impacteront toujours leur cadre de vie, il est de notre devoir de gérer au mieux nos obligations d’adultes afin de leur épargner des émotions qui ne les concernent pas.
Et pour aller plus loin, sachez que dans toute situation parentale conflictuelle, il ne faut pas se priver d’écouter son enfant. La communication est la clé de leur ouverture sur le monde. De leur prise de confiance en eux et envers les personnes qui les entourent.


← Retour

Si vous souhaitez publier un commentaire sans vous identifier, vous le pouvez en cliquant dans le champ "Nom" ci-dessous, puis en cochant la case "Je préfère publier en tant qu’invité". Seuls un nom d’utilisateur et une adresse email vous seront alors demandés.

Tous les commentaires sont soumis à la modération de l’équipe d’administration du site.