Première opération : comment bien préparer son enfant

Première opération comment bien préparer son enfant

159048532921499.jpg

Si l’on estime que cet acte chirurgical peut-être mené sans réel risque anesthésique dès l’âge d’un an et demi bien des enfants doivent subir une opération très tôt dans leur vie. La plus courante reste la pose de yoyos. Cette intervention a pour objectif d’inciser le tympan afin d’y glisser une prothèse en forme de yoyo dans le but d’éviter la répétition d’otites, tout en améliorant l’audition de l’enfant. Bégnine, se déroulant en ambulatoire, cette opération n’excède pas cinq minutes.
Si, sur le papier, il y a de quoi rassurer les parents au premier abord, il convient avant tout d’aborder la question principale : comment préparer son enfant avant une intervention chirurgicale ?

C’est ce que nous allons voir ensemble.

Lui expliquer ce qu’est un hôpital.

Bien que des services hospitaliers font le nécessaire pour que leurs locaux ne paraissent pas trop froids ou austères aux yeux des jeunes enfants, il faut savoir que l’angoisse liée au choc environnemental lors de leur arrivée en unité de soins sera inévitable.
Loin du confort de la maison avec : les odeurs quotidiennes du foyer (la cuisine préparée par papa, le parfum de maman, les draps de son lit...), les bruits de la famille qui mène ses activités, l’absence de ses jouets... Sans oublier l’énorme différence entre le cocon protecteur que représente sa petite chambre d’enfant face à cette nouvelle pièce blanche uniquement meublée d’un lit et d’appareils inconnus aux bruits particuliers.
Pour cela, il va vous falloir le préparer en amont. S’il est peu recommandé de le faire la veille de l’intervention, c’est au fil des jours, une à deux semaines avant la date du rendez-vous, qu’il vous faudra entamer le dialogue avec votre tout petit.

Le rassurer sans rien cacher.

Tout d’abord, pourquoi ne pas l’emmener visiter le service hospitalier qui se chargera de l’accueillir ? Offrez-avec lui un bouquet de fleurs aux infirmières présentes afin de l’aider à cristalliser dans son esprit que le personnel soignant n’est pas méchant, même si leur attirail fait de gants, de blouses et de masques peut être impressionnant, voire effrayant pour les plus jeunes. Montrez-lui les locaux, apprenez-lui les différents corps de métiers au gré des blouses qu’il sera amené à croiser lors de cette visite.
Sachez que, pour vous épauler dans cette première visite, vous pourrez faire appel à l’association des P’tits Doudous, qui saura vous fournir de précieuses lectures et renseignements logistiques afin de mieux gérer l’organisation cette journée particulière.

Cependant, même si votre petit bout sait où il se rend, il ne serait pas sain de ne pas lui en expliquer la raison, ne mentez pas à votre enfant. Même si vous êtes persuadés qu’il s’agit de la meilleure chose à faire, évitez toute forme de mensonge. Vous ne pouvez pas essayer de rassurer votre enfant ainsi. Qu’importe son âge, il y a toujours des façons de communiquer et qui sont adaptées à son niveau.
Veillez à lui expliquer la pathologie dont il souffre, les effets que cela provoque chez lui et que cette intervention n’aura pour but que de le soulager de la douleur/améliorer son quotidien. Employez des termes positifs tes que « Grâce à cela, tu pourras mieux... / tu n’auras plus mal à... ».

Ne témoignez pas de stress ou d’angoisse en sa présence.

Si vous peinez à trouver les mots justes, sachez que l’association Sparadrap saura vous orienter vers des lectures adaptées à la jeunesse ou encore vous assister pour trouver les mots justes qui conviendront afin d’apaiser les angoisses de votre enfant. Vous pourrez, grâce à cette plateforme, lui expliquer l’intégralité du déroulement de cette journée et comment exprimer ses émotions ou même ses douleurs à des moments bien précis au personnel soignant, et cela en toute confiance.

Une fois encore, vous devez garder en mémoire que votre enfant est doué de sensibilité. Que plus vous stresserez, plus il sera contaminé par ce stress. C’est pourquoi il sera capital d’instaurer un dialogue rassurant entre vous deux. La réussite émotionnelle de cette expérience passe avant tout par votre sérénité et la gestion de vos angoisses. Les enfants peuvent comprendre les raisons de leur présence dans un centre hospitalier, à vous de leur faire confiance. Une fois encore.
Courage !


← Retour

Si vous souhaitez publier un commentaire sans vous identifier, vous le pouvez en cliquant dans le champ "Nom" ci-dessous, puis en cochant la case "Je préfère publier en tant qu’invité". Seuls un nom d’utilisateur et une adresse email vous seront alors demandés.

Tous les commentaires sont soumis à la modération de l’équipe d’administration du site.